Votre Partenaire Objectif RSO
Accueil
Cabinet
Activités
Actualités
La lettre
Sphère RSO
Nous contacter

Gestion des risques/Discrimination/Coronavirus : le "stop and go", l'une des stratégies à l'étude pour gérer l'après 11 mai

2020/04/26 14:29:55, posté par Jean-Gabriel Giraud

L'actualité sanitaire prédomine. Pour les entreprises, cette actualité doit mettre en exergue la nécessité de prendre en considération la gestion de tels risques et la notion de "personnes vulnérables" (1) parmi les collaborateurs. A ce titre, le sujet est éminemment stratégique et sociétal et l'ISO 26000 (2) alerte sur le fait qu'une discrimination implique une distinction, une exclusion ou une préférence qui a pour effet d'annihiler toute égalité des chances ou de traitement. L'état de santé peut en être un des marqueurs.

Entre le maintien de l'activité économique et la mise en place de mesures sanitaires fortes, l'équilibre est d'autant plus difficile à trouver que l'épidémie va s'écrire dans un temps long. Parmi les idées à l'étude : la possibilité d'indexer les règles de confinement sur la fréquentation des unités de soins intensifs.

Un équilibre complexe à trouver : cette stratégie de stop and go (stop et encore) suggère de mettre en place des mesures sanitaires strictes de confinement dès qu'un seuil prédéterminé est franchi dans les unités de soins intensifs. A l'inverse, les mesures sont allégées quand ce nombre de cas très sérieux diminue.

Deux modèles cohabitent : : celui dit d'"atténuation" (mettre en quarantaine les personnes à risques) et celui dit de "suppression" (appliqué notamment en Chine, mais qui doit être maintenu jusqu'à la mise au point d'un vaccin) . Or, ce sont justement ces futures nouvelles vagues qui suscitent l'inquiétude des épidémiologistes, car la prévalence du virus dans la population est encore faible (5,7% des Français auront été infectés autour du 11 mai, prévoit l'Institut Pasteur).

La gestion des risques fait partie intégrante de la culture d'entreprise. Celle des externalités extérieures est balbutiante !

Sur la base des déclarations documentaires (DEU - Document d'Enregistrement Universel, ex-document de référence), les entreprises exposent leurs politiques santé et sécurité au travail. Le risque sanitaire (sécurité sanitaire) est peu ou prou évoqué. Du moins intègre-t-il les activités sensibles sur le domaine de l'exposition à ce risque (restauration, biomédical, agroalimentaire et aliments, btp, immobilier, énergie, secteurs d'activités dites sensibles).

Ces politiques s'accompagnent de management de la continuité d'activité PCA/PRA (Plan de Continuité d'Activité/Plan de Reprise d'Activité), formation, d'information aux autorités publiques, cartographie, plan de vigilance, procédure de gestion des risques, suivi des principaux risques, guide de procédure de maîtrise des risques sanitaires, historique des risques ... "L'organisation du travail sur site doit elle aussi favoriser la sécurité et la protection de la santé des collaborateurs", mentionne l'un des DEU, et de prendre en compte le "risque de ne pas fournir un environnement de travail sûr et de causer un préjudice aux employés de l’entreprise, de ses fournisseurs ou de ses sous-traitants avec des conséquences immédiates ou futures sur leur santé" ou de mettre en œuvre "_les mesures appropriées pour prévenir la contamination de ses salariés-".

Sources documentaires : francetvinfo.fr ; tous médias sur le #coronavirus ; analyse des documents de référence ; #DocDeRef; notre base de données DEU/DDR (Document d'Enregistrement Universel/Document de Référence).

(1) personne vulnérable (définition ISO 26000) : groupe d'individus partageant une ou plusieurs caractéristiques qui constituent la base d'une discrimination ou de circonstances défavorables en matière sociale, économique, culturelle, politique ou touchant à la santé, et qui empêchent les individus en question de disposer des moyens leur permettant de mettre leurs droits en application ou par ailleurs, de bénéficier d'opportunités égales

(2) Chapitres de l'ISO 26000 concernés : 6.3 Droits de l'Homme ; 6.4.6 Relations et conditions de travail — Domaine d'action 4: Santé et sécurité au travail ; 6.7.4 Questions relatives aux consommateurs 2: Protection de la santé et de la sécurité