Votre Partenaire Objectif RSO
Accueil
Cabinet
Activités
Actualités
La lettre
Sphère RSO
Nous contacter

Intelligence artificielle, l'enjeu est assurément sociétal !

2017/01/28 15:56:20, posté par Jean-Gabriel Giraud

"Face au numérique, la culture générale des salariés doit devenir une priorité", titre un article paru sur lesechos.fr.

“Dans un siècle, on a Matrix” : au Sénat, Laurent Alexandre prophétise l’ère de l’intelligence artificielle... lit-on dans un article paru sur konbini.com (extraits ci-dessous).

L’accélération des innovations en matière d'intelligence artificielle, les applications de la robotisation, les effets sur l'emploi et les compétences... ne peuvent laisser de marbre les instances politiques (cf. OPECST) [1]. La Société fait paraitre des signes d'inquiétude !

Lors d'une Audition publique au Sénat et ouverte à la presse (Jeudi 19 janvier 2017), le docteur Laurent Alexandre, fondateur de Doctissimo et chef d'entreprise DNAvision, a présenté sa vision de la révolution de l’intelligence artificielle en France dans le siècle à venir et a alerté les Sages sur le nouveau paradigme, un modèle pour lequel l'Europe doit absolument définir une stratégie politique.

Numérique, digitalisation, technologie digitale, intelligence artificielle, robotisation, scientist data, données, big data... avec pour corollaire une nécessaire expertise, apprentissage, formation au long de sa vie, parcours de formation, innovation...

[konbini.com] Pour une fois, on aura entendu une réflexion sur l’intelligence artificielle (IA) dénuée des fantasmes habituels d’extinction de l’espèce façon Terminator ou, autre classique, du fantasme de la singularité, ce moment où l’IA accéderait à la conscience de soi. Lors de l’audition publique organisée par le Sénat jeudi 19 janvier en compagnie de politiques et de penseurs de l’intelligence artificielle, l’exposé du docteur Laurent Alexandre a ramené l’IA sur Terre, dans la réalité économique et sociale des décennies à venir. Car plutôt que de nous parler immortalité ou hybridation biomécanique, le fondateur de Doctissimo, transhumaniste convaincu et désormais à la tête d’une entreprise de séquençage d’ADN, a dressé un constat très simple : l’IA s’apprête à défigurer le monde professionnel, et ni la France ni l’Europe ne semblent avoir prévu quoi que ce soit pour s’adapter aux nouvelles logiques de production qui définiront les décennies à venir.

Nos commentaires : la présentation de Laurent Alexandre va droit au but, est sans détour et livre un message percutant. L'entrepreneur évoque (et oppose) l'IA forte à l'IA faible (sans conscience d'elle même et non dangereuse pour l'humanité). C'est cette dernière option qui est privilégiée. La création de valeur est sur ce terrain (ie Whatsapp vs Peugeot).

Il convient que l'Europe retrouve sa souveraineté numérique, notamment en mettant l'accent sur la formation professionnelle, la connaissance, le partage des connaissances sur l'IA. Nous devons chercher la complémentarité à l'IA. Le travail peu qualifié disparaitra, la valeur du travail qualifié va augmenter.

Ne confondons pas le robot avec l'IA. L'IA sans robot croitra, de manière exponentielle. L. Alexandre illustre sa pensée en prenant l'exemple d'un radiologue ou d'un médecin traditionnel (le software) établit un diagnostic sur votre santé (le data, le big data).

Quelles réponses éthiques et politiques peut-on apporter ? L'enjeu est assurément sociétal... et vital, économiquement parlant !

A lire et à écouter

[1] Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques